FB_IMG_1565887635255.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA15 août 20191min0

Conformément à sa décision de placer l’épidémie à virus Ebola comme une urgence sanitaire à portée internationale, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préside du mercredi 14 au jeudi 15 août à Goma une réunion transfrontalière entre la RDC, le Rwanda , l’Ouganda, le Burundi et le Sud-soudan.

Le but de cette rencontre est de renforcer la collaboration entre les différents pays afin de lutter contre la maladie à virus Ebola qui fait rage dans la partie Est de la RDC depuis une année.

Cependant la maladie à virus Ebola qui a emporté des vies humaines  à l’Est de la RDC est  une maladie « évitable et traitable », suite aux résultats de deux médicaments testés sur des patients en République démocratique du Congo.

Selon les scientifiques associés avec l’Institut fédéral américain des Allergies et des Maladies Infectieuses (NIAID) qui ont coparrainé les opération d’essai. Le taux de survie est de 90% lorsque les personnes infectées se voient administrer tôt  les médicaments les plus efficaces.


2017-05-24t092121z_1049149369_rc14d8a26470_rtrmadp_3_health-who_0.jpg

La RédactionLa Rédaction18 juillet 20192min0

L’organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré mercredi 17 juillet que l’épidémie d’Ebola, qui sévit en République démocratique du Congo (RDC) était désormais une « urgence » sanitaire mondiale. Depuis août 2018, plus de mille six cent cinquante personnes sont décédées du virus, et environ 12 nouveaux cas sont signalés chaque jour.

Selon le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, il était temps pour le monde de prendre acte de l’épidémie.

Il a toutefois recommandé que les frontières de la RDC avec ses voisins restent ouvertes.

L’urgence sanitaire mondiale est une mesure exceptionnelle, qui n’a été décrétée que quatre fois seulement par l’OMS : en 2009 pour la grippe H1N1, en 2014 pour la poliomyélite, en 2014 pour l’épidémie d’Ebola qui a fait plus de 11 300 morts dans trois pays d’Afrique de l’Ouest (Liberia, Guinée, Sierra Leone) et en 2016 pour le virus Zika.

L’OMS a pris sa décision après la découverte d’un cas mortel dans la ville de Goma, au Nord-Kivu, située à la frontière avec le Rwanda. En juin, deux cas avaient également été détectés en Ouganda voisin.

Les experts du Comité d’urgence réunis à Genève depuis mercredi midi ont exprimé leur « déception au sujet des retards dans le financement » de l’aide.

« Il est crucial que les Etats n’utilisent pas le statut d’urgence mondiale comme excuse pour imposer des restrictions au commerce et aux déplacements qui auraient un impact négatif sur la réponse (sanitaire) et sur la vie de la population dans la région », a souligné le Pr Robert Steffen, chef du Comité d’urgence de l’OMS.

 


CHOLERA-web.jpg

La RédactionLa Rédaction10 septembre 20171min0

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s’est engagée à mettre à la disposition du gouvernement congolais une somme de 400.000 Dollars Américains pour lutter contre le choléra. C’est ce que renseigne un communiqué dont une copie est parvenue à la rédaction de KINSHASATIMES.CD.

Le communique renseigne que l’épidémie du choléra atteint des proportions inquiétantes en RDC avec désormais 20 provinces sur 26 touchées par la maladie et une incidence de plus de 1500 cas suspects par semaine depuis la fin du mois de juillet 2017.

La maladie touche déjà de grandes villes du pays comme Bandundu-Ville, Bukavu, Goma, Manono, Malemba-Nkulu, Minova, Mokala, Kimpese, Uvira et certaines zones de santé de Kinshasa.

La somme mise à disposition par l’OMS servira à l’acquisition des intrants de lutte contre la maladie, notamment les kits choléra. Une partie couvrira les coûts opérationnels de transport de ces intrants vers les zones les plus touchées ainsi que pour le déploiement des équipes techniques de l’OMS dans les zones prioritaires.