800px-Delly_SESANGA.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA20 août 20191min0

Après concertation, le bureau politique du parti Envol de Delly Sessanga a décidé de déposer un projet de loi portant révision de la constitution au deux chambre du parlement.
Ledit projet a été physiquement déposé ce lundi 19 août par le secrétaire général du parti,Jean-Marc Mambidi, cette proposition de loi vise « la révision de quelques articles de la législation congolaise afin de s’adapter à la situation politique du pays ».
Notamment, la disposition sur l’élection présidentielle, le parti de sessanga propose que ce type de scrutins « revienne à deux tours pour éviter toute crise de légitimité de l’institution président de la république » mais aussi la disposition sur « l’exclusivité de la nationalité que Envol estime être dépassée et propose la double nationalité ».


FB_IMG_1565763414272.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA14 août 20191min0

Le député national de l’opposition , Christophe Lutundula a déposé au bureau de la chambre basse du parlement la proposition de loi pour la révision de la loi électorale et la réforme du fonctionnement de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).
Il  a justifié sa démarche par les trois cycles électoraux qu’a connu la RDC, pour lui, depuis 2006 le pays connait les élections pleines de violences avec un volume de contentieux toujours impressionnant.

C’est ainsi qu’il estime qu’il est temps d’ajuster le fonctionnement de cet organe technique qui a pour attribution d’organiser les élections car selon lui, la présente loi sur la CENI « poses des problèmes quand à sa composition et son fonctionnement qui ne permet pas d’assurer l’indépendance , la neutralité, la transparence et l’impartialité de cette institution d’appui à la démocratie »

Par ailleurs, il demande la suppression et le remplacement de la plénière de la CENI  » qui n’a servi que d’appendice au bureau d’instrument de légitimation de cette décision ».


FB_IMG_1565675286822.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA13 août 20191min0

Accompagnée de ses deux vices-présidents, Jean-Marc Kabund et Boniface Balamage, la présidente de la chambre basse du parlement, Jeanine Mabunda, a tenue une réunion avec les chefs des groupes parlementaires de l’Assemblée national  ce lundi 12 août au siège de cette institutions d’appuis à la démocratie.
Au regard de l’annonce imminente du premier gouvernement sous l’ère Tshisekedi, les sources proches du parlement estiment que « le bureau de l’Assemblée nationale serait déjà entrain de se préparer en vue de convoquer une session extraordinaire devra investir le gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba. »
Dimanche 11 août, sylvestre Ilunga a reçu les listes des personnalités ministrables auprès des dépositaires FCC et CASH.
Cependant, il faut noter que les consultations avec les différentes parties continuent à se faire.


nangaa-1024x531.jpg

La RédactionLa Rédaction1 mars 20182min0

Dans une correspondance du président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku adressée au président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Corneille Nangaa, le parlement informe le numéro un de la Ceni de son intention de plancher sur la restructuration de son bureau.

Un poste est visé dans cette restructuration, celui de rapporteur de la Ceni occupé par le délégué de l’Union pour la démocratie et le progres social (UDPS), Jean Pierre Kalamba.

Expliquant sa démarche, le speaker de l’Assemblée nationale indique que son bureau a été saisi par plusieurs correspondances « portant références certaines » de l’Udps ainsi que les groupes parlementaires de ce parti qui exigeaient le remplacement de leur délégué au sein de la Ceni.

Cette demande, poursuit la lettre signée par M. Minaku datant du 20 février 2018, « s’inscrirait dans le cadre de l’application de l’accord global et inclusif du 31 décembre 2016, plus spécialement son point IV.5B du chapitre IV. »

Sur ce, le bureau de l’assemblée nationale va soumettre cette demande à la plénière dès la session ordinaire de mars, en se conformant à la loi organique portant organisation et fonctionnement de la commission électorale.


aubin_minaku.jpg

La RédactionLa Rédaction7 octobre 20172min0

Le président de l’assemblé nationale, Aubin  Minaku a fait l’objet de plusieurs critiques ces dernières 24 heures par les députés membres de partis de l’opposition après le non lieu du débat sur le conflit au Kasai et la série d’évasions des prisoniers ces derniers mois dans plusieurs maisons carcérales en RD Congo. 

A la base de ces critiques, la motion incidentielle brandie par la député national Zacharie Bababaswe  en opposition des motions de défiance contre le vice-premier ministre et ministre de l’intérieur Emmanuel Ramazani Shadary et le ministre d’Etat chargé de ,la Justice, Alexis Thambwe Mwamba.

Le député Toussaint Alonga invite les élus nationaux à « prendre leurs responsabilités » face au comportement du speaker de la chambre basse du parlement qui selon lui est entrain de « vider la démocratie parlementaire de toute sa subsistance »

Face à ce que lui reprochent les initiateurs des motions de défiance contre les ministres de l’intérieur et celui de la justice, Aubin Minaku, également secrétaire général de la Majorité présidentielle se défend, avançant quant à lui qu’il rempli son rôle dans le respect des « principes ».