rdc_lex-udps_bruno_tshibala_devient_premier_ministre_0.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba8 septembre 20191min0

Après l’investiture du gouvernement Ilunkamba dernièrement à l’Assemblée nationale, Bruno Tshibala, premier Ministre honoraire, a libéré, ce samedi 7 septembre, les installations de la Primature de la République démocratique du Congo suite à la remise et reprise officielle avec l’actuel Chef du gouvernement Sylvestre Ilunga.
Il a été nommé Premier ministre 20 mai 2019 grâce aux négociations entre les partenaires de la Coalition FCC-CACH qui détient la majorité; une Coalition qui engage l’ancien régime Kabila et Félix Tshisekedi, le Président de la République.


FB_IMG_1565887635255.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA15 août 20191min0

Conformément à sa décision de placer l’épidémie à virus Ebola comme une urgence sanitaire à portée internationale, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) préside du mercredi 14 au jeudi 15 août à Goma une réunion transfrontalière entre la RDC, le Rwanda , l’Ouganda, le Burundi et le Sud-soudan.

Le but de cette rencontre est de renforcer la collaboration entre les différents pays afin de lutter contre la maladie à virus Ebola qui fait rage dans la partie Est de la RDC depuis une année.

Cependant la maladie à virus Ebola qui a emporté des vies humaines  à l’Est de la RDC est  une maladie « évitable et traitable », suite aux résultats de deux médicaments testés sur des patients en République démocratique du Congo.

Selon les scientifiques associés avec l’Institut fédéral américain des Allergies et des Maladies Infectieuses (NIAID) qui ont coparrainé les opération d’essai. Le taux de survie est de 90% lorsque les personnes infectées se voient administrer tôt  les médicaments les plus efficaces.


leopards.jpeg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini15 août 20191min0

Les Léopards dames de la République Démocratique du Congo ont chuté en quarts de finale face à l’équipe nigériane, tenante du titre de l’Afrobasket, par un score de 46-79.

Rien ne résiste face à la nébuleuse équipe Nigériane. Malgré la résistance farouche des Léopards au deuxième quart de temps, en inscrivant 14 points, les Nigérianes ont démontré leur supériorité technique en marquant plus des paniers en premier quart de temps.

Malgré leur victoire écrasante face à leurs homologues du Cap vert (78-46) à l’occasion des barrages de la 24ème édition du championnat, le mercredi 14 août passé, les Léopards dames n’ont pas pu arracher le ticket pour la demi-finale.

Ginette Mfutila et Bernadette Ngoyisa sont les deux Léopards qui ont marqué respectivement 15 et 11 points. Chanel Mokango a terminé meilleure rebondeuse du match avec 7 rebonds pris.


passeport-rdc.jpg

Jordan MayenikiniJordan Mayenikini15 août 20193min0

Le Ministère des affaires étrangères et intégration régionale de la RDC a publié via son site internet une liste des pays où les congolais peuvent se rendre sans Visa, depuis le dimanche 11 août 2019. Cela découle d’une convention signée entre la RDC et d’autres pays du monde.

Il suffit d’être citoyen congolais et détenteur d’un passeport ordinaire pour se rendre sans visa dans les pays mentionnés sur la liste publiée dans le site www.minaffet-rdc.com.

Ci-dessous la liste de ces pays :

  • Bangladesh : à l’arrivée/30 jours
  • Benin : gratuit/90 jours
  • Bolivie : à l’arrivée/Visa/90 jours
  • Burkina Faso : à l’arrivée/30 jours
  • Burundi : gratuit/90 jours
  • Cambodge : à l’arrivée/Visa/30 jours
  • Cap Vert : à l’arrivée
  • Comores : à l’arrivée/45 jours
  • Cuba : Tourisme /30 jours
  • Djibouti : visa
  • Dominique : gratuit/21 jours
  • Equateur : gratuit/90 jours
  • Ethiopie : à l’arrivée/Visa 90 jours
  • Ghana : à l’arrivée 30 jours
  • Guinée-Bissau : à l’arrivée/Visa 90 jours
  • Haïti : gratuit/90 jours
  • Iran : à l’arrivée/Visa 30 jours
  • Kenya : Visa/90 jours
  • Lesotho : Visa/14 jours
  • Macao : à l’arrivée 30 jours
  • Madagascar : à l’arrivée 90 jours
  • Maldives : à l’arrivée 30 jours
  • Mauritanie : à l’arrivée
  • Ile Maurice : gratuit/90 jours
  • Micronésie : gratuit/90 jours
  • Mozambique : à l’arrivée 30 jours
  • Nepal : à l’arrivée 90 jours
  • Palau : à l’arrivée 30 jours
  • Philippines : gratuit/30 jours
  • Qatar : Visa/30 jours
  • Rwanda : gratuit/90 jours
  • République centrafricaine : à l’arrivée 90 jours
  • Samoa : à l’arrivée 60 jours
  • Sénégal : gratuit 90 jours
  • Seychelles : enregistrement préalable en tant que touriste/30 jours
  • Singapour : gratuit/30 jours
  • Somalie : à l’arrivée 30 jours
  • St Vincent et Grenadines : gratuit/30 jours
  • Tanzanie : à l’arrivée/Visa
  • Timor oriental : à l’arrivée 30 jours
  • Togo : à l’arrivée 7 jours
  • Tuvalu : à l’arrivée 30 jours
  • Ouganda : à l’arrivée/Visa
  • Zambie : à l’arrivée/Visa 90 jours
  • Zimbabwe : gratuit/90 jours

Malgré la publication de cette liste certains congolais demeurent dubitatifs quant à l’obtention des visas gratuits à destination de ces pays.

 


polio-2.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA24 juillet 20195min0

À l’issue du Forum National sur la vaccination et l’éradication de la poliomyélite organisé du 22 au 23 juillet à Kinshasa sous la direction du chef de l’État, Félix Tshisekedi, les membres du gouvernement, présidents des assemblées nationale et provinciales ont à travers un acte d’engagement signé par tous, réitéré leurs engagements à soutenir les opérations de vaccination afin de lutter contre la poliomyélite en RDC.

«La déclaration de Kinshasa », c’est le document qui a sanctionné les deux jours de travaux réflexion sur les moyens à mettre en œuvre pour vaincre la poliomyélite. Cette ambitieuse déclaration sera le fil conducteur des autorités de la RDC pour les années à venir dans la lutte contre différentes maladies infectieuses, particulièrement la polio.

Les dirigeants congolais y expriment leur volonté de : «Mettre en œuvre les engagements pris pour atteindre au moins  80% de couverture vaccinale pour les enfants avant leur premier anniversaire. Augmenter et décaisser au niveau national la ligne budgétaire , insérer et décaisser au niveau provincial les lignes budgétaires allouées à la vaccination pour assurer la mise en œuvre opérationnelle des activités avec comme objectif d’atteindre 1 dollar par enfant à vacciner par an. »

Dans son speech de clôture, la présidente de l’assemblée nationale de la RDC, Jeanine Mabunda a rassuré ses partenaires que le ministère de la santé va œuvrer activement pour la mise en œuvre des engagements pris particulièrement pour ce qui est de l’approvisionnement en vaccins traditionnels et le versement de sa contrepartie financière pour  l’acquisition de ces produits.

Présent à la clôture de ces travaux, le Directeur pays de PATH, Trad Hattom estime que le message du président de la République à ce forum au centre duquel il place l’humain et les enfants surtout augure une des résultats positifs. « Nous allons nous référer à ce message pour l’avenir. Et la prochaine étape doit être le suivi de ce qui été dit durant le forum. Le rôle de PATH sera de se rassurer que cela se concrétise».

Selon le rapport de l’OMS publié en 2018, la RDC compte 70% d’enfants non protégés après l’Inde et le Nigeria, de ce fait, la vaccination étant la première ligne de défense, les partenaires du gouvernement affirment pour leur part être prêts à soutenir «financièrement et techniquement la couverture vaccinale des enfants sur toute l’étendue du territoire national ».

S’agissant des difficultés, les gouverneurs, présidents des Assemblées et ministres provinciaux de la santé lors de ce forum ont indiqué que de manière générale, les opérations de vaccination en RDC rencontrent beaucoup des problèmes notamment :  » La faible disponibilité de vaccin, l’insuffisance de la chaîne de froid, la carence des personnels qualifiés, motivés formés en Programme Élargi de Vaccination (PEV) ainsi que la faible utilisation de service de vaccination ».

Une série de recommandations a été formulé en ce sens, parmi lesquelles, « la création d’une ligne budgétaire pour financer les activités de vaccination, la formation des personnels qualifiés ainsi que la mise en place du cadre de recevabilité et de suivi par les présidents des Assemblées nationales ».

Selon le rapport de l’OMS publié en 2018, la RDC compte 70% d’enfants non protégés après l’Inde et le Nigeria, de ce fait, la vaccination étant la première ligne de défense, les partenaires du pays affirment être prêts à soutenir « financièrement et techniquement la couverture vaccinale des enfants sur toute l’étendue du territoire national ».


67485055_427492884642546_6523670008222973952_n.jpg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA22 juillet 20192min0

Le chef de l’État Félix Tshisekedi a procédé ce lundi 22 juillet à l’ouverture du Forum national sur la vaccination et l’éradication de la Poliomyélite dans l’ensemble du territoire national.

Prenant la parole, le président de la République a pris l’engagement de faire de la question de la vaccination des enfants une des priorités de son action  pendant son mandat. Il a également reconnu le taux de mortalité parmi les plus élevé au monde qu’enregistre actuellement la RDC.

A ce jour les résultats d’une étude menée en 2018 atteste que 45% des enfants âgés de 12 à 25 mois sont incomplètement vaccinés. Face à cette situation, Félix Tshisekedi a dans son speech promis de « renverser cet état des choses » en y travaillant « sans relâche », avant d’affirmer que sa vision est celle de « voir tous les congolais accéder aux soins de santé sans que leur économie ne soit écornée« .

Ce forum  piloté par le ministère de la santé en collaboration avec les partenaires d’appuis financier et technique du secteur de la santé à savoir : la Banque Mondiale, la fondation Bill et Mélanie Gates,l’ONG PATH, l’USAID, la SANRU, l’UNICEF , ect. est une occasion pour faire le point sur les différentes maladies infectieuses qui rongent les populations en RDC.

A la clôture de la cérémonie d’ouverture, les parties ont entamé les travaux en panel, et vont les poursuivre  jusqu’au mardi 23 juillet, journée à l’issue de laquelle  vont ressortir les recommandations, les engagements des parties prenantes pour renforcer la mise en œuvre des stratégies du programme élargie de vaccination.


WhatsApp-Image-2018-03-05-at-16.20.47.jpeg

La RédactionLa Rédaction5 mars 20184min0

Femme entrepreneure, Brenda Ndaya est une ingénieure informaticienne et patronne de Brexaldie web agency, une agence de communication et de web marketing, agence créée pour booster le secteur de marketing web en apportant des innovations et permettant l’émergence de ce nouveau  métier en République démocratique du Congo.

Depuis son enfance, Brenda Ndaya a toujours eu « envie de quelque chose pour aider les autres« . Informaticienne de formation, en 2015 elle a commencé a travaillé dans le web marketing après plusieurs formations, elle a été sollicitée dans plusieurs entreprises. C’est de là d’où est venue l’idée de créer une entreprise avec des gens qu’elle formerait dans ce domaine qu’elle « maîtrise » en vue de pouvoir « répondre à toutes ses sollicitations ».

Déjà opérationnelle, l’agence Brexaldie Web Agency sera officiellement lancée le 17 mars prochain. Une série d’activités accompagneront cette sortie officielle : marche de santé, expositions des différentes entreprises partenaires et des pitchs  de porteurs des projets.

La marche partira de la place des évolués (Réf. ISP Gombe)pour chuter à la concession Ralph, en face de l’institut Supérieur de Commerce; sur l’avenue de la libération (ex 24 novembre).Un tirage au sort est également prévu à l’issue de la journée pour récompenser les participants.

Ces activités visent selon l’initiatrice  à « créer un climat de collaboration » entre entrepreneurs et partenaires qui seront présent, puis faire connaitre la firme à la population.

En tant que femme, Brenda a connu beaucoup de difficultés pour exceller dans son domaine. Notamment des préjugés sur les femmes qui embrassent le domaine de l’ingénierie.

« Je me suis retrouvé seule parmi plusieurs hommes, et j’ai travailler dur pour atteindre mes objectifs.  Le mois de mars est une occasion pour la femme de se mettre en avant, de sortir tout ce qu’elle a. Et faire connaitre ce qu’elle est », a souligné l’entrepreneure.

Dans son domaine, indique t-elle, le talent de la femme est souvent « minimisé » au profit des hommes. Il n’est donc pas facile de dégoter un marché. Elle reconnait par ailleurs des avancées connues ces dernières années pour favoriser l’intégration de femmes dans le monde professionnel. «Nous voyons cela même dans de différents offres d’emploi avec la phrase: les candidatures de femmes sont vivement souhaitées».

Brexaldie Web Agency  offrira divers services tels que : la création et gestion de site web, création des applications mobiles, gestion des réseaux sociaux d’entreprises, le marketing sur terrain, le consulting en informatique et en management.


WhatsApp-Image-2018-03-05-at-16.13.33.jpeg

Don Du Ciel TOLENGADon Du Ciel TOLENGA5 mars 20181min0

Les activistes congolais réunis au sein des mouvements citoyens ont annoncé l’observation d’une journée ville morte  ce vendredi 9 mars, afin d’honorer la mémoire de leurs pairs tués, blessés et arrêtés lors de la marche pacifique du  25 février 2018, organisée par le Comité laïc de Coordination (CLC).

Au cours d’un point de presse tenu ce lundi 5 mars à Kinshasa, ils ont lancé un appel à l’ensemble de la population congolaise en vue d’observer « une journée ville morte ce vendredi 9 mars 2018 en mémoire de nos frères et soeurs lâchement abattus par l’ennemi du Congo« .

Dans le même ordre d’idée, une messe de requiem sera d’abord dite le mardi 6 mars 2018 à la paroisse Saint Benoît de Lemba où l’activiste Rossy MUKENDI TSHIMANGA a été assassiné pendant qu’il prenait part à la marche pacifique de dimanche 25 février.


7cc9bcc1-4ba9-42d6-a8e3-2511511e4998_mw1024_s_n.jpg

La RédactionLa Rédaction2 mars 20181min0

Cinquante combattants Maï-Maï de l’Union des patriotes pour la défense des innocents (UPDI) Mazembe se sont rendus aux Forces Armées de la République Démocratique du Congo à Miriki dans la province du Nord-Kivu.

C’est en présence du ministre de pêche et élevage, Daniel Kisaka que ces combattants ont fait reddition avec leur chef, le général autoproclamé Alpha Katoto. Après leur reddition, ils ont formulé certaines revendications.

« Nous demandons la reconnaissance de nos grades au sein des FARDC. Nous rejoignons le processus de paix. Mais nous exigeons également que les FDLR quittent le sud de Lubero», ont-ils déclaré.

Selon les sources sécuritaires, ces miliciens étaient munis de 5 armes de type AK 47, quelques roquettes et plusieurs armes blanches.

Ces miliciens Maï-Maï rejoignent plus de 100 autres qui sont cantonnés dans le centre de Matembe situé à 7 km à l’Ouest de la ville de Butembo.

Les Maï-Maï de l’Union des patriotes pour la défense des innocents Mazembe étaient actifs au sud du territoire de Lubero.


Nouvelle-image-4.png

La RédactionLa Rédaction2 mars 20182min0

Dans une note rendu publique dans la province du Sud-Kivu et sur internet, les membres du mouvement citoyen Réveil des indignés (R.I) annonce avoir mené une enquête qui a touché cinq cent personnes comme échantillon concernant l’utilisation de la machine à voter prévue par la CENI.

Les résultats de leur recherche, indiquent t-ils, révèlent  que 84% de votants se sont opposé au recours à la machine à voter pour les élections du 23 décembre 2018. Dans une copie remise à KINSHASATIMES.CD ce vendredi 03 mars 2018, les initiateurs  de cette démarche évoquent les  raisons citées par les enquêtés.

«Dans un contexte où les parties prenantes au  processus ne se font pas confiance, introduire de manière non consensuelle la machine à voter c’est jeter  les jalons de conflits ouverts et planter le décor de la violence post-électoral. La machine à voter est une source de contestation électorale (risque de tripotage, piratage programmé de résultats, non adaptée aux électeurs ruraux, les aspects et formalités de cet outil ne rassurent  personne», avancent-ils.

Ce sondage a été mené du 16 au 20 février 2018 dans trois communes de la ville de Bukavu. «Pour réduire les couts des élections, la CENI propose l’utilisation des machines à voter. Etes –vous d’accord de vous faire assister par cette machine lors de scrutin de décembre 2018?», telle était la question posée aux personnes interrogées.

Soucieux de voir les élections de décembre 2018 être «une opportunité et non une menace à la paix et à l’unité de notre pays», ce mouvement demande à la CENI de retirer les machines et maintenir  la méthode traditionnelle de vote par bulletins comme lors des scrutins de 2006 et 2011.