IMG-20200120-WA0012.jpg

La RédactionLa Rédaction20 janvier 20202min0

Les étudiants de l’institut facultaire des sciences de l’information et de la communication (IFASIC), ont manifesté ce lundi 20 janvier 2020 contre la hausse des frais académiques, qui passent de 363.000 FC à 580000 FC pour les promotions de recrutement (G1 et L1) et de 363 000 à 510000 FC pour les autres promotions, une majoration de plus de 100.000 Fc.

Certains étudiants rencontrés sur place estiment que, cette décision qu’ils qualifient de révoltante, a été prise sans passer par une bonne négociation avec la commission estudiantine.

« Ils ont augmenté les frais sans pour autant étudier la situation des parents, dont la plupart sont fonctionnaire de l’Etat, qui ne sont pas bien payer. »a déploré un étudiant.

D’autres étudiants pointent du doigt le gouvernement qui serait, selon eux à la base de cette situation. Ils consignent que pour adopter cette décision d’augmentation de frais, ils doivent revoir la rémunération de chaque parent en vue de les permettre à payer cette somme.

« Cela revient à l’Etat, d’augmenter soit le salaire des fonctionnaires pour permettre a chaque parent d’avoir la possibilité de payer ce frais, soit de ne pas augmenter le frais tout simplement »

Alors qu’il essayait de calmer les étudiants, le recteur de l’IFASIC, Rigobert Mukeni Lapess a été caillassé. certains professeurs eux, ont été secouer par un groupe des étudiants.

Le syndicat de professeurs ont affirmé que les auteurs de ces actes seront définitivement renvoyés de l’institut dès leur identification.

Richard Makobo Musafiri.


JOLINO-800x491-1.jpeg

La RédactionLa Rédaction19 janvier 20203min0

Le ministre d’Etat en charge de la communication Jolino makelele vient d’annoncé ce 18 janvier 2020, la mise en œuvre d’une convention des États généraux de la presse en RDC, ceci pour assoir la question de la presse congolaise comme un véritable 4iem pouvoir.

C’est au cours d’une cérémonie dédiée à l’échange de vœux que cette déclaration a été faite.

Il informe que cette convention sera sous gouvernail du premier ministre Sylvestre Ilunkamba, et va dans le but d’accompagner et de matérialiser la vision du chef de l’Etat quant à la question de rendre la presse un réel quatrième pouvoir en RDC.

Dans ses mots, il ajoute que cette convention est une opportunité pour discuter autour des différents problématiques qui embarrassent la presse congolaise et d’en dégager les propositions et instruments remédiant à ce fléau.

« Dans le cadre d’accompagner la vision du chef de l’Etat, Autant des problématiques, des préoccupations, d’attentes qui méritent réflexion avec à la clé des propositions et des instruments nouveaux afin que la presse retrouve les moyens de vivre une nouvelle ère, je vais sous le patronage du première ministre, Sylvestre Ilunga Ilunkamba, vous faire appel dans un bref délais à une assemblée générale pour une réflexion collective, nommé états généraux de la presse au cours duquel nous émettrons des questions embarrassantes qui rongent notre presse à table et avec votre coopération nous allons fixer une seule feuille de route et déciderons ensemble de l’avenir de la presse en RDC » à-t-il déclaré à la presse.

Pour réglementer le secteur d‘information et de la communication, Jolino makelele a évoqué que ces assises sont aussi une alternative qui permettra l’adaptation des lois régulants le nouveau contexte de la numérisation en vue de mettre fin à la propagation des fake news.

Il a en outre, manifester ses sentiments des joies à l’endroit des éléments démocratique, dont la liberté d’expression et de la presse, qui d’après deviennent plus palpables comparativement aux années antécédentes où plusieurs journalistes se faisaient arrêté pour des raisons qui ne valaient pas la peine lors de l’exercice de leur métier.

En conclusion, le ministre d’état en charge de la communication, a loué la bienveillance du chef de l’Etat quant à la matérialisation de son projet faisant de la presse une véritable 4iem pouvoir.

Richard Makobo musafiri


Mukebayi-mike-690x450-1.jpg

La RédactionLa Rédaction16 janvier 20201min0

Adolphe Muzito nomme Mike Mukebayi conseiller spécial du coordonnateur de Lamuka, chargé de communication. C’est ce que renseigne un communiqué de Lamuka rendu parvenu à la rédaction de Kinshasatimes.cd, ce mercredi 15 janvier.

Le député provincial est détenu provisoirement à la prison centrale de Makala, depuis le lundi 16 septembre, pour « imputations dommageables » à l’endroit de Daniel Mwananteba qu’il aurait traité de « nain ».

Pour rappel, l’affaire mettant en cause le député provincial à la Cour de cassation n’avait pas été plaidée, le 16 décembre 2019.

La Cour d’appel n’avait pas encore transmis le dossier à la Cour de cassation. Les avocats de Mike Mukebayi avaient interjeté appel contre le jugement avant dire droit rendu par la Cour d’appel. Il s’agit de l’affaire qui oppose Mike Mukebayi au bureau de l’Assemblée provinciale de Kinshasa.

L’élu de la commune de Lingwala avait saisi cette juridiction, par le biais de ses avocats, par un recours en annulation de la décision de l’Assemblée provinciale le suspendant pour une durée de 12 mois avec privation d’émoluments


EOLDStzXsAUda0v.jpg

La RédactionLa Rédaction13 janvier 20202min0

Le Président de la république Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo est attendu à Vatican, dans les prochains jours, pour une visite officielle auprès du Pape François.

Les préparatifs de cette mission officielle ont été évoqués au cours de l’audience que le Chef de l’État a accordée ce lundi, au Palais de la Nation, au Cardinal Fridolin Ambongo.

Le Président de la république avait déjà rencontré, en aparté dans la Basilique Saint Pierre, le Saint Père à l’occasion du consistoire de la création de 13 cardinaux dont l’Archevêque Ambongo.

Les deux personnalités avaient convenu de se retrouver pour une entrevue dans le cadre d’une visite officielle.

Par ailleurs le Cardinal Ambongo a également fait rapport au Chef de l’État de de ses constats après sa visite de compassion dans la province du Nord Kivu, principalement dans la zone de Beni- Butembo.

Le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a rassuré son interlocuteur de sa détermination de lutter efficacement contre les forces négatives qui sèment la désolation dans cette partie.

Les dernières prouesses des FARDC dans le démantèlement du quartier général des FDLR renforcent sa conviction de rétablir le plus rapidement la quietude dans cette partie du pays.
Aussi, a-t-il rassuré le Prince de l’Église qu’aucune portion du pays ne sera rayée de la carte géographique de la RDC dans ses 2.345.410 km2.

De son côté, le prelat a dit avoir trouvé dans cette partie une population traumatisée par les affres de la guerre. .

Le Cardinal Ambongo a loué la détermination du Chef de l’État a trouver une solution à la souffrance des compatriotes de l’Est. Il a loué également l’engagement et les prouesses des FARDC dans la traque contre les forces négatives.


rdcfcc.jpg

La RédactionLa Rédaction13 janvier 20201min0

L’association des enfants des militaires et des policiers « Telema Mwana Ya Mapinga » a saisi Gentiny Ngobila, gouverneur de Kinshasa, depuis le 26 décembre 2019 pour l’informer de leur manifestation prévue ce mardi en vue de dénoncer les inégalités sociales entre les enfants des militaires et des policiers à comparer avec d’autres enfants de la République ».

Ils ont adressé une nouvelle lettre à l’autorité urbaine le 8 janvier 2020 en guise de rappel. La marche partira du Rond Point Kintambo Magasin et aura comme point de chute la Cité de l’Union africaine pour le dépôt de leur mémo.

Dans le contexte de grogne sociale, les épouses de policiers déployés à Beni (Nord-Kivu) avaient manifesté le 6 janvier à Kinshasa devant le Commissariat Général de la Police Nationale Congolaise (PNC). Elles réclamaient « la ration » de leurs maris. Plusieurs autres policiers et soldats vivent dans des conditions précaires aux camps.


minfin.jpg

La RédactionLa Rédaction10 janvier 20202min0

Le compte général du Trésor enregistre 6 872 806,86 millions de FC (4,117 milliards USD) de recettes, soit un taux de mobilisation de 71,6%, contre des dépenses de l’ordre 7 426 388,44 millions de FC (4,449 milliards USD), soit un taux d’exécution de 77,3%, dégageant un solde déficitaire de 553 581,58 FC (331 millions USD), au 20 décembre 2019, renseigne le Condensé d’informations statistiques de la Banque centrale du Congo.

Du côté recettes, la Direction générale des impôts (DGI) a collecté plus de fonds que les deux autres régies financières, soit 3 575 986,07 millions de FC (2,142 milliards USD) dans son compte général et 106 660,06 millions de FC auprès des pétroliers producteurs, un taux de mobilisation de 89,1%.

Quant à la DGDA, elle a collecté 1 953 058,87 millions de FC (1,170 milliard USD), soit 73,8% de taux de réalisation à la même échéance.

La DGRAD a mobilisé 1 069 490,53 millions de FC (640,797 millions USD) auprès de ses assujettis en général, soit 88,6%, et 144 050,53 millions FC (86,309 millions USD) chez les pétrfoliers producteurs, soit un taux de réalisation de 53,7%.

Au niveau des dépenses, les rémunérations constituent le plus important post avec 3 662 878,42 millions de FC (2,194 milliards USD), soit un taux d’exécution de 99,5%.


unikin5.jpg

La RédactionLa Rédaction10 janvier 20203min0

C’est devenue un espace de violence à chaque fois que le pendule se pointe à l’heure. les étudiants de l’université de Kinshasa ex lovanium, manifestent depuis ce lundi 06/janvier/2019 contre la hausse de frais académiques par le ministère de l’enseignement supérieure et universitaire dans toutes les universités publique de l’Etat congolais.

Une zone de conflit entre les étudiants et la police nationale, voir aussi étudiant et autorité publique. l’Université de Kinshasa, Jadis, l’une des universités la plus convoitée en Afrique centrale, se transforme au fil du temps à un espace des barbaries et des échafaudages souvent entre les acteurs précités. Depuis un lustre, il se passe aucune année sans désordre dans ce centre d’enseignement supérieur. Des désordres qui entraînent plusieurs dégâts matériels et les pertes de vie humaine, continuent à battre son plein.

Cette fois, Les ordinateurs, fauteuils, tables et plusieurs documents ont été mis à feu. Pour les étudiants de l’ex lovanium, c’est une seconde manière de se faire entendre par les autorités en charge de modifier ce qui est à la base de toutes ces manifestations

Cette situation perpétuelle et précaire, cause un dysfonctionnement de calendrier académique fixé en début d’année par le ministère de l’enseignement supérieur et universitaire d’une part, et elle varie le système éducatif qui marche en synchronisation avec le programme universel établie par le ministère en charge d’éducation supérieur et universitaire d’autre part.

Alors que la décision du ministre de l’ESU, Thomas luhaka a été rendu publique depuis mardi dernier, faisant appel à tous les étudiants à quitter le site universitaire après 48h dès la promulgation dudit communiquer, les étudiants aussi à leurs tour ont réagis en donnant un ultimatum au ministre Thomas luhaka de revenir sur sa décision, en cas de non négociation, le comité des étudiants promet une réaction à chaud pour regagner leurs locaux.

 


huilerie.jpg

La RédactionLa Rédaction9 janvier 20202min0

La bourgmestre de la commune de Lingwala, Brigitte Mwanamuke a effectué une descente au rond-point Huilerie pour constater le fonctionnement du train-train quotidien de ce carrefour de sa commune. Après observation, elle interdit les motocyclistes de stationner sur le rond-point huillerie et exige aux vendeurs qui se trouvent actuellement dans cette place publique d’arrêter d’exercer leurs activités.

Dans le cadre de l’opération Kin-Bopeto, la bourgmestre de cette commune vise à assainir ce rond-point pour permettre aux chefs des quartiers de bien travailler. Elle a promis que ce lieu transformé en marché et parking de wewa et des taxis sera clôturé cette semaine.

« Il y a le marché de Kalembe-lembe qui jouxte le rond-point huilerie. Cet espace doit rester vide. Je suis surpris de voir que l’on vend même le carburant ici au rond-point, ce qui est très dangereux”, dit la bourgmestre Brigitte Mwanamuke.

Très fâchés, les motocyclistes qui se disent contre cette décision ont terrorisé la bourgmestre promettant de la brûler.

Selon certains motocyclistes interrogés, la bourgmestre aurait tenu des propos sabotant le président Félix Tshisekedi.

“Nous sommes fâchés parce que la bourgmestre au lieu de nous demander d’assainir cet endroit, nous demande de quitter. En plus de cela, elle a saboté le président Félix Tshisekedi en disant que nous et notre président nous n’existerons plus en 2023”, explique un motocycliste.

Alors que la bourgmestre affirme avoir averti à plusieurs reprises les motocyclistes, les vendeurs et les chauffeurs des taxis afin de libérer cet endroit mais en vain.


unikin.jpg

La RédactionLa Rédaction8 janvier 20203min0

C’est depuis dimanche que les étudiants de l’Université de Kinshasa (Unikin) manifestent. Dimanche soir, des pneus étaient déjà brûlés et ce lundi matin, la tension était encore vive avec la présence des policiers. Aux jets de projectiles, la Police répond par des gaz lacrymogènes. Tout attroupement à l’intérieur du campus universitaire ou aux alentours est interdit par la Police.

« Les policiers sont devant certains bâtiments comme les homes. Ils nous ont bloqué, mais étudiants ont réussi à brûler quelques pneus. Et il y a une sorte d’affrontement entre nous et eux », a expliqué un étudiant qui loge dans les homes.

Ils disent vouloir contraindre le gouvernement à baisser les frais académiques.

« Nos revendications tournent autour des frais académiques. Auparavant, on payait 253.000 de G1 en L2. Le ministre avait réduit ce montant. Il avait dit que des classes de préparatoire, celles de G1 et celles de L1 devraient payer 210 000 FC. G2 et L2 devraient payer 171 000. Et maintenant, une nouvelle décision tombe: les classes de G1, celles de L1 et celles de préparatoires doivent payer 490 000 FC et les classes de G2 et L2 410 000 FC par an. C’est pour cela que les étudiants manifestent », a dit un autre étudiant.

La Police a fait usage des gaz lacrymogènes pour maitriser les étudiants en colère. Selon le Général Sylvano Kasongo, N°1 de la Police à Kinshasa, ces étudiants tentent de manifester en dehors du site universitaire et c’est ce qui a motivé le déploiement de la police. Il explique aussi que l’usage des gaz lacrymogènes a été motivé par le fait que certains parmi les manifestants jetaient des pierres et aux policiers.

« Les étudiants veulent aller au rondpoint. Nous disons qu’ils ont le droit de manifester, mais à l’intérieur du campus universitaire. Nous avons anticipé l’opération parce qu’on savait qu’il y aurait manifestation. Jusque-là, il n’y a aucun dégât et nous espérons qu’il n’y en aura pas. Nous tentons d’éviter que certains voyous du voisinage en profitent pour créer du désordre », a dit le Général Sylvano Kasongo.


TP-Mazembe-vs-DCMP-02-04-2017.jpg

La RédactionLa Rédaction30 décembre 20191min0

Le Daring Club Motema Pembe (Dcmp) s’est largement incliné (0-3) en déplacement devant la Renaissance Sportive de Berkane ( Maroc) en match comptant pour la 3ème journée de la phase des groupes de la Coupe de la Confédération.

Les Immaculés sont pourtant très entrés dans leur match en résistant face aux assauts marocains jusqu’à la demi-heure (29ème minute) pour voir l’ouverture du score adverse. Et de là, ils vont perdre complètement le Nord en encaissant un 2ème but à la 41ème minute. Tout portait à croire que la soirée allait être difficile pour la bande à Isaac Ngata et cela s’est confirmé avec le 3ème but à la 67ème minute.

C’est la 1ère défaite du Dcmp à l’extérieur depuis l’entame de cette campagne africaine. Une leçon que l’équipe a apprise certainement et qu’il faudra corriger déjà pour le match retour le dimanche 12 janvier à Kinshasa.