unnamed-3.jpg

Josue KashamaJosue Kashama7 avril 20202min

Le Directeur Général de l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS), Tedros Adhanom, a fustigé ce lundi les « propos raciste » tenus par les scientifiques français sur l’essai, en Afrique, du vaccin contre le covid-19. Pour lui « Ce genre de propos racistes ne font rien avancer. Ils vont contre l’esprit de solidarité » 

C’était au cours d’une conférence virtuelle, tenue au siège de l’OMS à Genève que le numéro de l’oms a réagit sur ces propos qui défraient la chronique

« L’héritage de la mentalité coloniale doit prendre fin. L’Afrique ne peut pas et ne sera un terrain d’essai pour aucun vaccin » a-t-il indiqué

Il stipule par ailleurs que l’Afrique va suivre les même règles et les même protocoles pour les essaie de vaccin ou de thérapie comme partout dans le monde

Sans remettre les deux scientifiques français en cause, le patron de l’OMS a condamné ce genre de propos tenus en plein 21e siècle

« Il est honteux et horrifiant d’entendre des scientifiques tenir ce genre de propos au 21e siècle. Nous les condamnons dans les termes les plus forts » a-t-il conclut

Rappelons que c’était lors d’un échange, diffusé le 1er avril sur la chaîne LCI, entre un chercheur de l’institut français de la recherche médicale et un chef de service d’un hôpital parisien, que ces scientifiques français avaient émis, avec un ton moqueur, les vœux de faire de tests de vaccin contre le covid-19 en Afrique

Cet échange a suscité une vive polémique en Afrique en France et en RDC, poussant ainsi les deux scientifiques mis en cause a présenté leurs excuses


bdf27e59-1571-406b-9441-3a0618759ee0-269-0000001a08733e01.jpg

Richard MusafiriRichard Musafiri14 février 20203min

Le Directeur générale de L’OMS, Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a déclaré au cours de la conférence internationale de Kinshasa sur la couverture de la santé universelle en RDC (CIKCSU), tenue ce vendredi 14 janvier à l’hôtel du fleuve Kinshasa, que l’épidémie du virus EBOLA est sur le point d’être éradiqué en République démocratique du Congo.

Le premier Directeur général de l’OMS a indiqué que la lutte est de ne plus entendre parler de cette épidémie en RDC. .

 »Nous nous sommes joints à vous dans une compagne visant à étrangler le virus, à faire expulser sa source et son contenu. L’espoir est en vue, nous approchons vers la fin de l’épidémie d’Ebola », a-t-il affirmé lors de son allocution.

Le chef de l’OMS, a ajouté que la meilleure défense pour la lutte contre le virus Ebola est d’améliorer le système de santé universelle afin de ne plus parler finalement de ladite épidémie.

Il évoque que la surveillance permanent à la détection des cas, à la prévention des maladies, aux diagnostics, aux traitements et aux soins, sont les piliers d’un système de santé efficace.

Ebola prit comme une source d’expérience pour lutter conte d’autres épidémies

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a fait savoir que le défit est de tirer des leçons de l’épidémie d’Ebola et de mettre à profit des capacités acquises lors de cette épidémie afin d’orienter cette énergie et cette expertise dans une nouvelle direction pour le système de santé.

Il a renseigné à titre d’exemple que d’autres inventions utilisées pour soutenir la riposte à virus Ebola ont été utilisées pour déployer les vaccins contre le choléra.

Le DG de l’OMS, a cependant indiqué que l’ingrédient clé de ce succès sera la mobilisation de tous les secteurs du gouvernement et de la société autour de l’objectif de la santé pour tous.


2017-05-24t092121z_1049149369_rc14d8a26470_rtrmadp_3_health-who_0.jpg

La RédactionLa Rédaction18 juillet 20192min

L’organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré mercredi 17 juillet que l’épidémie d’Ebola, qui sévit en République démocratique du Congo (RDC) était désormais une « urgence » sanitaire mondiale. Depuis août 2018, plus de mille six cent cinquante personnes sont décédées du virus, et environ 12 nouveaux cas sont signalés chaque jour.

Selon le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, il était temps pour le monde de prendre acte de l’épidémie.

Il a toutefois recommandé que les frontières de la RDC avec ses voisins restent ouvertes.

L’urgence sanitaire mondiale est une mesure exceptionnelle, qui n’a été décrétée que quatre fois seulement par l’OMS : en 2009 pour la grippe H1N1, en 2014 pour la poliomyélite, en 2014 pour l’épidémie d’Ebola qui a fait plus de 11 300 morts dans trois pays d’Afrique de l’Ouest (Liberia, Guinée, Sierra Leone) et en 2016 pour le virus Zika.

L’OMS a pris sa décision après la découverte d’un cas mortel dans la ville de Goma, au Nord-Kivu, située à la frontière avec le Rwanda. En juin, deux cas avaient également été détectés en Ouganda voisin.

Les experts du Comité d’urgence réunis à Genève depuis mercredi midi ont exprimé leur « déception au sujet des retards dans le financement » de l’aide.

« Il est crucial que les Etats n’utilisent pas le statut d’urgence mondiale comme excuse pour imposer des restrictions au commerce et aux déplacements qui auraient un impact négatif sur la réponse (sanitaire) et sur la vie de la population dans la région », a souligné le Pr Robert Steffen, chef du Comité d’urgence de l’OMS.

 



A propos de nous

Nous sommes un média d’information générale avec une offre axée sur l’actualité politique, économique, sécuritaire, culturelle et sportive de la RDC. Notre traitement de l’information est
descriptif tout en privilégiant la profondeur. Ce qui permet de mieux cerner l’actualité, alliant le factuel à de l’analytique


Apt. 20, Immeuble Virunga 34, Blvd du 30 Juin, Gombe

+243 84 333 3600



Newsletter