rdc_lex-udps_bruno_tshibala_devient_premier_ministre_0.jpg

Stephane NtumbaStephane Ntumba8 septembre 20191min0

Après l’investiture du gouvernement Ilunkamba dernièrement à l’Assemblée nationale, Bruno Tshibala, premier Ministre honoraire, a libéré, ce samedi 7 septembre, les installations de la Primature de la République démocratique du Congo suite à la remise et reprise officielle avec l’actuel Chef du gouvernement Sylvestre Ilunga.
Il a été nommé Premier ministre 20 mai 2019 grâce aux négociations entre les partenaires de la Coalition FCC-CACH qui détient la majorité; une Coalition qui engage l’ancien régime Kabila et Félix Tshisekedi, le Président de la République.


roger-lumbala1-1024x584.jpg

La RédactionLa Rédaction14 décembre 20171min0

Le premier ministre, et porte-parole du Rassemblement aile Kasavubu, Bruno Tshibala, fraîchement élu président de l’union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) se voit contesté dans sa nouvelle casquette obtenue par acclamation il y a quelques jours.

Pour Roger Lumbala, l’un des piliers de la dissidence née au sein de la plateforme Rassemblement de l’opposition après la mort de son leader Etienne Tshisekedi, Bruno Tshibala ne peut prétendre à ce poste car ne pouvant « pas atteindre le niveau du Sphinx de Limete ».

Le président du Rassemblement des Congolais démocrates et nationalistes (RCDN) ne reconnait aucun autre chef du vieux parti de l’opposition à part son leader historique décédé en février dernier à Bruxelles.

M. Lumbala a par ailleurs annoncé à Top Congo que son regroupement politique se retirait des activités de l’aile Rassemblement dirigé par Olenga Nkoy, suite à la confusion qui y règne depuis quelques temps.


papy.jpg

La RédactionLa Rédaction24 novembre 20173min1

Membre du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD) et communicateur de la Majorité présidentielle, Papy Tamba est monté au créneau pour dénoncer les prises de position du député national Henri Thomas Lokondo, président de l’Union Congolaise pour la Liberté(UCL), parti membre de la MP. 

N’ayant pas sa langue dans sa poche, le député national s’est illustré encore une fois dans sa récente intervention au parlement, appelant l’actuel premier ministre Bruno Tshibala à démissionner dans les jours qui suivent pour avoir déposé largement en retard le projet de budget de l’année 2018. Une position que plus d’un au sein de la MP qualifie de trop.

Dans un message ayant tout l’air d’un ras-le-bol, M. Tamba avance que  l’actuel premier ministre investi au mois de mai par le parlement, n’a pas trouvé de loi budgétaire de l’année en cours, et a dû présenter un projet applicable au mois d’août en juin dernier. «L’honorable Lokondo voudrait que le Gouvernement qui a fait voter un budget au mois de juin, effectivement applicable au mois d’août 2017, en dépose un autre un mois après devant leur chambre». 

Le communicateur accuse Henri Thomas Lokondo de se ranger contre la paix dans ses positions contraires à celles de la MP. Ce qui est inacceptable selon pour lui qui se prétend encore faire partie de la Majorité.

«On ne peut pas faire de la politique au sein d’une famille politique, en se comportant en électron libre. Son comportement est devenu très suspect et on est en droit de se poser des questions sur ses véritables motivations. Ce d’autant plus que l’homme est souvent au téléphone dans l’hémicycle, quand il s’agit d’intervenir sur des matières qui ont tendance à bousculer les lignes au sein de l’assemblée nationale… Pour moi, c’est sans conteste que l’honorable Lokondo reçoit ses ordres ailleurs, pas à la MP.» s’indigne papy tamba.


DMHLAKdW0AEK-YO-1024x577.jpg

La RédactionLa Rédaction14 octobre 20173min0

Les travaux d’évaluation du processus électoral en République démocratique du Congo par la tripartite Ceni-Cnsa et gouvernement ont été lancés ce samedi 14 octobre 2017 à Kinshasa, au palais du peuple.

Différents acteurs représentants différentes institutions ont défilé à l’estrade de la salle abritant les plénières du Sénat. Prenant la parole, le président du Conseil National de suivi de l’accord (CNSA) de la Saint Sylvestre, Joseph Olenga Nkoy a fait observer une minute de silence en mémoire du leader charismatique de l’opposition Etienne Tshisekedi, décédé le 1 février dernier en Belgique. Il a à travers son speech appelé l’opinion nationale et internationale à croire en la volonté du CNSA qui oeuvre pour la réussite du processus électoral conformément à l’accord du 31 décembre.

Pour sa part le président de la commission électorale nationale indépendante (CENI) Corneille Nangaa a rappelé que son institution travaille d’arrache pied pour la tenue effective des élections bien que les résultats ne soient pas visibles par tous. « La  Ceni tient a trouver l’équilibre afin d’organiser des bonnes élections. Les attentes sont énormes et les avancées ne sont pas toujours perceptibles », a t-il indiqué précisant que la centrale électorale demeure ouverte pour recueillir les suggestions « des uns et des autres ».

Ouverture ce matin des travaux de la trilatérale CNSA, CENI & gouvernement: la RDC en quête d’un calendrier électoral crédible & consensuel? pic.twitter.com/PghPL8pAhM

— Bart Ouvry (@BartOuvry) 14 octobre 2017

« Comme cela avait été annoncé au mois d’août dernier, les présents travaux vont permettre à la CENI de disposer de tous les éléments nécessaires pour préparer dans le plus bref délai le calendrier électoral réaliste tant attendu par l’opinion nationale et internationale », a affirmé le premier ministre Bruno Tshibala insistant qu’il n’y a plus de crise politique en RD Congo.


Tshibala.jpg

La RédactionLa Rédaction11 octobre 20172min0

Ils ont lancé 2 motions de défiance successives contre le vice-premier ministre, ministre de l’intérieur, Ramazani Shadari et le ministre d’État en charge de la justice, Alexis Thambwe Mwamba, motions de défiance balayées par une motion incidentielle qui a créé un incident au palais du peuple : « les députés nationaux de l’opposition ne siègent plus depuis près d’une semaine ».

Loin de se fatiguer, ils ont encore signé majoritairement la motion de défiance pour obtenir la démission du vice-premier ministre, ministre des affaires étrangères Léonard She Okitundu « qui veut étrangler un peuple à bout de souffle » selon eux, avec l’annulation inopinée des passeports semi-biométriques pour des raisons « fallacieuses, » répètent-il. L’initiative est encore pendante.

Mais les élus nationaux « minoritaires » à la chambre basse du parlement ont encore du souffle à revendre et continuent à distribuer des cartes. Ils sont au laboratoire pour mettre sur pied, une motion de censure contre le gouvernement Bruno Tshibala soutenu par plusieurs députés de la MP.

« Nous allons mettre en cause par une motion de censure, dans les jours avenirs, la responsabilité du gouvernement dans en interpellant le premier ministre, » a déclaré le député national Christophe Lutundula qui rendait mardi 10 octobre, de la décision des députés de l’opposition de boycotter les séances plénière jusqu’à nouvel ordre.


WhatsApp-Image-2017-06-07-at-13.52.18-1024x683.jpeg

La RédactionLa Rédaction18 septembre 20174min0
Après les plateaux de Tv5 Monde, Africa 24 TV, le premier ministre congolais Bruno Tshibala Nzenze était au studio de RFI pour porter une fois de plus sa voix dans l’opinion internationale, à quelques heures de la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la RDC, sa 72e session.
Le plateau était d’or pour livrer la tête de Félix Tshisekedi à cette opinion internationale et même nationale congolaise. Pour le premier ministre congolais, Félix Tshisekedi a des déclarations « à l’emporte pièce, c’est un grand traître, un afferiste-matérialiste, » un « Bébé Doc » au sein de l’UDPS.
Dans son allocution, l’ancien compagnon d’Étienne Tshisekedi justifie ses qualificatifs, l’un après l’autre. Réclamer une transition sans Joseph Kabila après le 31 décembre 2017 comme l’a fait Felix Tshisekedi le 05 septembre courant, «est une déclaration à l’emporte pièce. S »il y a des contraintes qui font que l’on ne puisse pas organiser des élections à la date convenue donc au plus tard au mois de décembre, ce n’est pas une raison de dire que nous sommes arrivés au bout de souffle, Joseph Kabila doit partir. L’accord dit que le président Kabila reste en fonction jusqu’à la tenue des élections générales  » considère-t-il.
Mais à quand ces élections générales ? Bruno Tshibala promet la tenue de la « deuxième réunion d’évaluation du processus électoral pour annoncer le calendrier électoral réaliste. » Réaliste ne revient pas à dire selon lui, qui fixe essentiellement la tenue des élections à la fin de cette année, mais qui tient plutôt compte de toutes les contraintes.
Brunon Tshibala se considère non pas comme un dissident du Rassemblement, mais comme un leader à la tête du courant « humaniste et Tshisekediste » par opposition à l’autre courant issu de la scission qu’il appelle « afferiste et katumbiste », qui a initié une réforme « inopportune et immorale » au lendemain du décès d’Étienne Tshisekedi, sous la présidence de son fils Félix Tshisekedi.
La décision portant l’excluion de l’actuel premier ministre de l’UDPS est selon lui une « ânerie. » Il y reste et s’apprête en tant que cofondateur du parti à convoquer le congrès extraordinaire pour doter à l’UDPS d’un président, successeur d’Étienne Tshisekedi.
Félix Tshisekedi ne peut pas considérer Bruno Tshibala comme un traître. « C’est monsieur Félix qui est un grand traitre, parce que d’abord, la plus part de membres n’acceptent pas qu’à l’UDPS l’on puisse pratiquer une sorte de népotisme, qu’après la disparition du docteur Duvalier, que l’on connaisse encore de Bébé Doc au sein de l’UDPS.

bruno-tshibala-1-300x1641.jpg

La RédactionLa Rédaction11 septembre 20171min0

«Made Africa», un consortium des investisseurs français du club des
partenariats public-privé a exprimé au premier ministre congolais
Bruno Tshibala, en visite à Paris, la volonté d’investir  en
République démocratique du Congo dans le secteur des infrastructures.
C’est ce qu’indique une dépêche de l’agence congolaise de presse
(ACP).

Le Chef du gouvernement congolais a échangé avec le directeur général
de ce consortium, Marc Tysier, à qui il a fait un état des lieux de la
situation économique de la RDC. Ce dernier a donné des garanties au
premier ministre congolais quant au  «capital confiance», qui doit
réguler caractériser la relation entre les deux parties.

Le Premier ministre de la RDC poursuit son séjour français amorcé en
début du mois pour des prises de contact avec des investisseurs
français et européens.


bruno-tshibala-1.jpg

La RédactionLa Rédaction4 septembre 20171min0

Le Premier ministre congolais Bruno Tshibala Nzenze s’est envolé ce dimanche 03 septembre dans la soirée pour une mission dans la capitale de la République française. 

C’est ce qu’indique une dépêche de l’Agence congolaise de presse qui précise que pendant son séjour parisien, le chef du gouvernement de la RD Congo prendra contact avec dans les milieux politiques français et européen.

Les vice-ministres des finances Jean-François Mukuna et celui de la coopération internationale Freddy Kita arrivés à Paris quelques jours plus tôt, accompagneront Bruno Tshibala durant ce périple en Europe.


TSHIBALA0-34ijaki7jr5giado218qa2.jpg

La RédactionLa Rédaction30 août 20173min0

Les travaux du forum sur l’amélioration du climat des affaires en République démocratique du Congo ont été lancés par le premier ministre Bruno Tshibala, président du forum, ce mardi 29 août 2017 à Kinshasa. Pendant trois jours, les participants à ces assises  vont se plancher sur une profonde réflexion dans l’optique de dégager les nouvelles stratégies de réactualisation de la réforme pouvant amener la RDC à améliorer le climat des affaires.  

Avec pour thème «pour la faciliter des affaires en RDC», ces travaux qui regroupent les opérateurs économiques membres de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) et les membres du gouvernement ont pour finalité de répertorier les obstacles à l’investissement en République démocratique du Congo en vue de créer un environnement propice et attractif pour les opérateurs économiques privés.

«Il faut combattre causes la corruption, la concussion, la fraude fiscale et douanière. Le combat pour l’amélioration du climat des affaires en RDC exige le concours de tous nos compatriotes. C’est pourquoi le gouvernement a décidé d’instaurer des numéros verts qui seront  à la disposition de tous les congolais à travers de tout le pays en vue de dénoncer tout acte commis par les agents publics qui serait de nature à détruire la prospérité des affaires», a dit le premier ministre dans son discours d’ouverture.   

Pour sa part, le Premier vice-président de ces assises a déclaré que le gouvernement congolais n’est pas à son coup d’essaie dans la recherche de l’amélioration du climat des affaires. Déjà  en 2009, une première expérience a été tentée avec quelques 19 réformes entreprise, mais hélas depuis elles n’ont pas toutes été mises en œuvre. Le forum qui s’est ouvert mardi évaluera la mise en application effective des recommandations antérieures et examinera aussi les nouvelles propositions sur les mesures favorisant l’attractivité des privés. Il va se poursuivre jusqu’au jeudi 31 août.

 


Steve-mbikayi.jpg

La RédactionLa Rédaction4 août 20171min0

Les informations parvenues à la rédaction de KINSHASATIMES.CD nous font état de la réhabilitation à l’Institut supérieur de commerce (ISC Gombe/Kinshasa) par le ministre de l’enseignement supérieur et universitaire (ESU), Steve Mbikayi  du comité de gestion conduit par le Professeur Augustin Mbangala.

A en croire nos sources, cette décision a été prise par le ministre de la tutelle sur instruction du premier ministre Bruno Tshibala.

A Mbangala suspendu fin juillet par mesure d’enquête après être accusé de fraude et détournement devra reprendre ses fonctions en tant que Directeur général de l’ISC Gombe, ainsi que tous les membres de son comité de gestion.