Thania Lingosa : « Dans tout ce que nous faisons, nous devons penser au bien être des congolais »

3 mars 20187min0

Thania Lingosa est une congolaise vivant en Belgique. Elle est à l’origine de l’initiative de collecte des fonds pour assister la famille de Rossy Mukendi, initiateur du mouvement citoyen « Collectif 2016 » tué à Kinshasa lors de la marche du Comité laïc de coordination du 25 février 2018. Approchez par KINSHASATIMES.CD, elle révèle les motivations à la base de cette initiative et annonce la création le 10 mars prochain, d’une structure qui viendra en aide aux victimes des marches pacifiques en RDC et à d’autres congolais en cas de nécessité. Sa démarche est apolitique explique-t-elle.

Madame Lingosa Thania, vous êtes l’initiatrice de l’action pour la levée des fonds sur internet en faveur de la veuve et des orphelins de Rossy Mukendi. Qu’en est la motivation ?

Personnellement je suis amoureuse de la liberté, de la démocratie, de l’humain au centre de tout. Ma motivation est partie de la vidéo dans laquelle nous voyons Rossy Mukendi tomber comme-ça par balle. Ensuite il y a cette vidéo de son épouse. Elle s’inquiète de son sort, celui de l’enfant pour qui il faut payer les frais scolaires et du sort de son bébé aussi qui n’a encore que deux mois d’existence.  Je me suis donc dit que nous pouvons essayer d’aider un tout petit peu, dans la mesure de notre possible.

Le 25 février, 2 manifestants sont tombés par balle en RDC dont Eric Boloko à Mbadaka. Pourquoi seulement Rossy Mukendi ?

Comme je vous l’ai expliqué, la décision a été prise suite aux images qui me sont parvenues. La levée des fonds en cours sur Internet est exclusivement réservée à la famille de Rossy : sa veuve et ses orphelins. Rossy avait un bon niveau intellectuel, nous espérons que ses enfants puissent rester dans sa lignée. Mais l’aide de la diaspora congolaise ou même des congolais vivant au pays devra s’étendre à toutes les victimes de la répression policière et militaire en cours en RDC. Le 10 mars, il se tiendra en Belgique une réunion pour créer une structure qui apportera de l’aide aux familles de tous les martyrs. Pas seulement à celle de Rossy. Cette structure accompagnera financièrement et par d’autres actions les familles des martyrs, des victimes de forces de l’ordre. Au cours de la réunion du 10 mars, nous fixerons les conditions d’aide aux familles des toutes les victimes. Ça ne sera plus moi seule mais il s’agira de plusieurs personnes qui allons nous mettre ensemble pour essayer d’apporter du soutien, tant soit peu.

Par cette initiative, n’êtes-vous pas en train de faire le lit à la mort d’autres manifestants au cours des prochaines marches que projette le Comité laïc de coordination ?

Nous ne voulons pas qu’il y ait des martyrs. Ce n’est pas nous qui tirons sur les gens armés des bibles et des rameaux. Ce sont les forces de l’ordre qui tirent sur les personnes armées des bibles et des rameaux. Rien que d’y penser excusez-moi, cela me révolte ! Nous voulons seulement aider ces victimes. Nous ne pouvons pas laisser la petite Rachel dont on voit le bout du sein arraché sans agir. C’est d’une indécence sans nom. Il y a un gouvernement qui a des moyens pour des voitures luxueuses mais qui n’a pas de moyens pour soigner cette petite gamine. Maintenant si cette aide pousse certaines personnes à aller mourir calmement dans les marches parce qu’il y a des gens qui vont prendre en charge leurs enfants et famille, ce n’est pas ce que nous demandons à la population.

Si la crise politique actuelle en RDC prend fin, quelle sera la finalité de votre structure avenir ?

La structure continuera à aider les personnes qui seront en train de passer des temps difficiles. Nous essayons simplement de palier à une absence. Là où le gouvernement ne fait rien, nous ne pouvons pas abandonner nos compatriotes.

Votre envie d’aider d’autres congolais ne peut-elle pas cacher d’autres envies politiques dans ce contexte préélectoral ?

La structure que nous allons créer, nous la voulons apolitique. C’est-à-dire tous les congolais peuvent participer, mettre un peu d’argents pour aider d’autres congolais. Parce que le gouvernement congolais est absent dans bien de domaines. Les victimes des balles, je ne parle même pas des orphelins, des hôpitaux et centres de santé défaillants. Nous essayons en tant que citoyens de palier le manque, l’absence du gouvernement. Il n’y a aucune idée de déstabiliser le gouvernement par rapport à ces actions que nous menons. Il y a zéro objectif dans ce sens là. Nous voulons bien le faire en tant que congolais mais nous ne cherchons pas à déstabiliser le gouvernement. Il se déstabilise tout seul.

La sécurité, le bien-être social de la population est du ressort du gouvernement. Avez-vous des recommandations à faire à l’exécutif congolais ?

En tant qu’humain, dans ce que nous faisons nous devons penser au bien être des congolais. Je n’ai rien à dire à ces gens là. Je ne leur souhaite aucun bien, je ne leur souhaite aucun mal non plus. Je ne soutiens pas ce gouvernement là. Je lance seulement un appel à tous les congolais vivant en Europe de venir à cette réunion là pour aider d’autres congolais.

Madame Lingosa Thania, merci.

C’est moi qui vous remercie.

Jeannot Sheji

Jeannot Sheji

Journaliste politique et sportif


Laissez un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *